Balayage Magnétique : principe d'action et description

Le procédé :

    Les conditions favorables déterminées pour une bonne efficacité d'un champ magnétique sont que :
  • la puissance du champ doit être adaptée au diamètre du tuyau à traiter
  • l’angle d’incidence du champ doit être perpendiculaire à l’axe d’écoulement de l’eau
  • l’eau et le champ magnétique doivent se percuter 100 fois par seconde
  • la vitesse de percussion champ/ eau doit être de ±3 m/s

  • Pour recréer la totalité de ces conditions favorables, un détartreur H2O Diffusion est constitué d'une succession de cellules de traitement, de puissance adaptée, disposées le long d’un tube de traitement en acier inoxydable ou PVC Haute Pression de qualité alimentaire.

    Image d'installation

  • pour chaque diamètre de détartreur la puissance du champ magnétique est adaptée

  • l’axe du champ est perpendiculaire à l'écoulement de l’eau
    Les électroaimants ou cellules de traitement disposés le long du tube sont naturellement perpendiculaires à l'axe découlement de l'eau

  • chaque particule d'eau est impactée par le champ 100 fois par seconde
    Chaque cellule de traitement est composée d’une paire d’électro-aimants alimentés par un courant alternatif (50 Hz) qui génère un champ magnétique alternant expansion-compression, 50 fois par seconde soient 100 passages.

  • La vitesse idéale de percussion de 3 m/s est couverte.
    La vitesse d’écoulement de l’eau dans les canalisations est réglementairement limitée à 2 m/s mais dans la pratique, elle est souvent très inférieure.
    Pour compenser cette faible vitesse, nous utilisons la vitesse d’expansion/ contraction du champ magnétique (0 à 220 000 km/s). Ainsi, quelle que soit la vitesse d'écoulement de l'eau la vitesse d'impact est obtenue par celle du champs magnétique.

  • de plus, le nombre de cellules disposées le long du tube de traitement (3, 4 ou 6) permet de s'assurer que chaque molécule d'eau reçoit au moins 100 impacts/s pendant son parcours dans le tube.